Le Club Green IT a été créé en 2014. Il structure la communauté en France et en Europe et diffuse des informations de qualité sur la rencontre entre numérique et développement durable.

Le Numérique en 2019, c’est :

  • 34 milliards d’équipements ;
  • 4,1 milliards d’utilisateurs ;
  • 223 millions de tonnes (masse).

Soit en termes d’empreinte environnementale :

  • 6 800 TWh d’énergie primaire (EP)
  • 1 400 millions de tonnes de gaz à effet de serre (GES)
  • 7,8 millions de m3 d’eau douce (Eau)
  • 22 millions de tonnes équivalent antimoine (ADP).

Ou d’indicateurs techniques et de flux :

  • 223 millions de tonnes (masse) ;
  • 179 millions de voitures de 1,25 tonnes ;
  • 1 300 TWh d’électricité consommée.

Cela représente un 7ème continent de la taille de 2 à 5 fois la France selon l’indicateur observé.

La contribution du numérique mondial à l’empreinte de l’humanité est loin d’être négligeable :

Rapporté à des usages quotidiens, cela revient à :

  • GES : 1,5 milliard de salariés français allant travailler pendant 1 an ;
  • Eau : 242 milliards de packs d’eau minérale (9 litres) ;
  • Électricité : 82 millions de radiateurs électriques (1000 Watts) allumés en permanence.

Les Impacts du Numérique en 2019

On distingue généralement 3 « tiers » dans l’architecture du numérique actuel :

  • Les utilisateurs ;
  • Les centres informatiques qui hébergent des serveurs ;
  • Les réseaux qui relient les utilisateurs entre eux et aux centres informatiques.

Les équipements des utilisateurs sont la principale source d’impacts du numérique. Leur fabrication concentre systématiquement le plus d’impacts avec

Si on y ajoute les impacts associés à la production de l’électricité qu’ils consomment, les équipements utilisateurs (hors box DSL/fibre) totalisent de 59 % à 84 % des impacts !

L’univers numérique va grossir d’un facteur 3 à 5 entre 2010 et 2025.

Les Recommandations

Dans ce contexte, quelques mesures simples permettraient de réduire considérablement l’empreinte environnementale du numérique mondial à l’horizon 2025 :

  • Réduire le nombre d’objets connectés en favorisant leur mutualisation et leur substitution et en ouvrant leurs APIs pour allonger leur durée de vie ;
  • Réduire le nombre d’écrans plats en les remplaçant par d’autres dispositifs d’affichage : lunettes de réalité virtuelle, vidéo projecteurs LED…
  • Augmenter la durée de vie des équipements en allongeant la durée de garantie légale, en favorisant le réemploi, et en luttant contre certains modèles économiques.
  • Ecoconcevoir les services numériques pour réduire leurs besoins en ressources numériques.

Mises en œuvre dès 2010, ces 4 mesures auraient permis de réduire de 27% à 52% l’empreinte du numérique mondial sur la période observée. C’est à dire de maintenir l’empreinte 2025 du numérique à son niveau de 2018 malgré l’ajout de 1,1 milliard d’utilisateurs supplémentaires.

Selon le standard international ISO 14062, l’écoconception consiste à intégrer l’environnement dès la conception d’un produit ou service, et à toutes les étapes de son cycle de vie.

Green for IT est une démarche des directions informatiques à réduire l’empreinte environnementale du système d’information.

IT for Green désigne la démarche qui consiste à utiliser le numérique pour réduire les impacts environnementaux.

Laisser votre commentaire